Category Archives: Appels & communiqués

À votre bon cœur !

Anniversaire : le 10 février 2003, il y a dix-huit ans, mon site internet sur l’histoire des compagnonnages, créé quelques mois auparavant, recevait le trophée Top 10 des Pages perso Wanadoo. 

Aujourd’hui, il compte plus de 900 articles et il aborde une nouvelle refonte pour une meilleure lisibilité sur les tablettes et smartphones.

L’ancienne version est toujours accessible à l’adresse www.compagnons.info

La nouvelle version est en phase de test pour quelques mois à cette adresse www.compagnonsdudevoir.fr

Pour rappel, le site “Compagnons & Compagnonnage(s)” est indépendant de toute organisation. Cette liberté a un coût : aidez-le !

Vous pouvez effectuer un don ponctuel ou récurrent, du montant de votre choix, via votre compte PayPal ou bien votre carte bancaire en suivant ce lien : https://www.paypal.com/donate?hosted_button_id=E2YX35S92B632

Je vous remercie par avance. Ce don permettra d’aider au financement des coûts du site internet, ainsi qu’à l’acquisition des livres et documents permettant d’améliorer notre connaissance des compagnonnages et de leur diversité.

Appel aux dons par le Musée du Compagnonnage de Tours pour la restauration des “Conduites de compagnons” de ses collections

Le Musée du Compagnonnage de Tours lance à partir d’aujourd’hui un appel aux dons afin de sauvegarder et mettre en valeur des iconographies uniques, appelées “Conduites de compagnons”. Grâce au partenariat avec la Fondation du Patrimoine, il vous suffit de quelques clics pour participer à cette campagne. Suivez le lien !

Une des conduites du Musée du Compagnonnage de Tours – © Ville de Tours – V. Liorit

Pour mieux comprendre ce que sont les “conduites”, leur signification pour les compagnons et la nécessité de leur restauration, découvrez le film qui leur est consacré :

Avis de recherche : cachets des compagnons charpentiers Bondrilles sous l’Ancien Régime

Un correspondant m’a signalé qu’est passé en vente aux enchères durant le mois d’avril un sous-verre comportant plusieurs cachets (des “marteaux” en langage compagnonnique) de cayennes de compagnons charpentiers Bondrilles (compagnons passants du Devoir) datant des années 1779-1780.
Deux questions :

1° — un de mes lecteurs connaît-il l’acheteur de ces documents et peut-il me mettre en rapport avec lui afin d’obtenir de bons clichés ?

2° — avez-vous dans vos archives de semblables cachets anciens (d’avant le XIXe siècle) des compagnons passants charpentiers ? (et éventuellement d’autres métiers bien sûr !)

L’image ci-dessous reproduit en haut l’emblème de la cayenne de Bordeaux, daté du 6 août 1780, tel qu’il figurait dans ce sous-verre. On voit que sa forme ovale et son saint Joseph ont nettement inspiré le diplôme de “Remerciant” entré en fonction à la fin des années 1830 (reproduit en bas, entouré des marteaux des cayennes du Tour de France). Quant à la gravure reproduite au milieu, il s’agit d’un bandeau gravé en 1768 et apparaissant dans le célèbre traité sur “l’art du trait de charpenterie” de Nicolas Fourneau, compagnon passant charpentier, publié en 1767-1770. Les toitures des bâtiments à l’arrière-plan ont nettement inspiré le graveur de l’emblème de la cayenne de Bordeaux…

Recherche sur Demont, compagnon menuisier du Devoir à Préveranges (18)

Quelqu’un aurait-il des informations sur ces deux maquettes d’escalier ? La photographie date semble-t-il des années 1920 et, d’après une indication manuscrite au dos, elle avait pour propriétaire Pierre Demont à Préveranges dans le Cher, non loin de Culan, ma région natale. Il est possible que ce soient des œuvres du compagnon menuisier du Devoir Paul Demont, reçu sous le nom de « Paul le Berry » à Lyon à Pâques 1913, né à Préveranges le 26  janvier 1892 (date de décès inconnue, peut-être à Paris le 11 janvier 1983).

Pétition appellant à soutenir l’appel des 1170 membres de la communauté scientifique internationale concernant la reconstruction de Notre-Dame de Paris

Il n’est pas dans mes habitudes de relayer ici des pétitions. Mais il est des moments où il est indispensable de se mobiliser pour le patrimoine car, à mon avis, le projet de loi que l’on cherche à faire passer d’urgence pour le chantier de Notre-Dame et l’état d’esprit le sous-tendant sont de nature à causer des dommages tout aussi catastrophiques à terme que l’incendie de la cathédrale.

Je reproduis ci-dessous le texte intégral de cette pétition à mon sens non polémique et pleine de bon sens. Vous pouvez la signer sur la plateforme Change.org

Monsieur le Président de la République, Le Figaro a publié le lundi 29 avril une lettre ouverte signée par 1170 membres de la communauté scientifique internationale vous appelant à ne pas dessaisir les experts du patrimoine de la gestion sereine de la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris et à renoncer à votre projet d’une loi d’exception visant à s’affranchir de tout ou partie des règles existantes quant à la protection du patrimoine.

Monsieur le Président, la France possède déjà une législation exemplaire et pionnière en la matière, que prolongent et complètent des chartes internationales comme celle de Venise et diverses actions de l’UNESCO sur le plan du patrimoine culturel.

Monsieur le Président, la France possède également des institutions d’excellence formant des spécialistes de la protection, reconnues internationalement et attirant des étudiants du monde entier, qu’il s’agisse des métiers de l’esprit ou de la main. Nous avons toute la main-d’œuvre nécessaire, depuis les cabinets d’étude jusqu’aux artisans parfaitement formés aux techniques les plus traditionnelles comme les plus modernes.

Monsieur le Président, passé la vive et légitime émotion devant ce désastre, gardons tous l’esprit calme et évadons-nous des calendriers autres que celui d’un chantier d’exception qui doit tout d’abord être parfaitement diagnostiqué quant à tous les dégâts subis, notamment par la maçonnerie qui dans sa minéralité est cependant un corps vivant, enfiévré et fragile, avant de pouvoir faire des choix quant au projet de restauration et établir un calendrier des travaux. Nul ne sait aujourd’hui si ce chantier durera 5 ans ou moins, 15 ans ou plus. Laissons le temps de la réflexion décider du temps nécessaire aux travaux et ayons tous un seul objectif, terriblement ambitieux celui-là : faire en sorte que ce chantier soit exemplaire, tant dans la qualité des travaux accomplis que comme laboratoire des techniques et des modes de transmission des savoirs-faire.

Nous demandons à tous les professionnels du patrimoine, qu’ils soient charpentiers, tailleurs de pierre, couvreurs ou de n’importe quel métier dit manuel, ou qu’ils soient conservateurs, historiens, professeurs d’architecture ou de n’importe quel métier dit intellectuel, de signer cette pétition pour se joindre à ces 1170 membres de la communauté scientifique internationale et épauler ainsi leur appel. Nous le demandons aussi à tous les amoureux du patrimoine, qu’ils soient partisans d’une reconstruction à l’identique ou bien de projets plus modernistes. Car dans tous les cas, ce monument phare qu’est Notre-Dame de Paris mérite l’urgence… d’une réflexion apaisée !

Merci Monsieur le Président de renoncer à votre projet de loi et de nous aider à réussir ce projet bien plus ambitieux dont l’humain sera la pierre angulaire.

Vous pouvez signer cette pétition sur la plateforme Change.org. Merci de la partager également le plus largement possible. 

Communiqué du Président de la Fédération Compagnonnique Nationale à propos d’un rassemblement de compagnons dimanche 21 avril suite à l’incendie de Notre-Dame de Paris

L’incendie de Notre-Dame de Paris a brutalement ramené au premier plan de la scène patrimoniale les compagnons « du Tour de France » ou « du Devoir ». Sous le coup de l’émotion, l’emballement médiatique et les réseaux sociaux ont produit une surenchère d’articles les concernant, mélangeant les aspects historiques avec les questions relatives à la formation et aux métiers manuels. Quelques compagnons ont par ailleurs largement contribué à “sourcer” des idées et des chiffres pour le moins erronés, où l’on saute sans preuve les siècles pour relier sans solution de continuité les bâtisseurs de cathédrales aux compagnonnages actuels, s’accaparant ainsi l’héritage prestigieux des Anciens sur le fond ambigu d’une sacralité des savoirs traditionnels.

© D.R.

Passé le choc émotionnel, et en attendant un article en cours de rédaction où je vous ferai part de mes réflexions quant à l’incendie de Notre-Dame de Paris et au rôle que pourraient jouer les compagnons dans sa restauration, je partage ici le communiqué suivant dont l’esprit est tout à fait conforme à ma pensée, rédigé par le président de la Fédération Compagnonnique Nationale à propos d’un rassemblement de compagnons prévu le dimanche 21 avril.

Jean-Michel Mathonière

À TOUS LES COMPAGNONS
DE LA FÉDÉRATION COMPAGNONNIQUE

Copie aux présidents de l’Union Compagnonnique, de l’Association Ouvrière des Compagnons du Devoir, de la Confédération des Compagnonnages Européen.

Nous avons eu connaissance d’un projet de rassemblement des compagnons, suite à l’incendie de la cathédrale Notre Dame de Paris, pour rendre hommage aux bâtisseurs d’hier et d’aujourd’hui, sur le parvis du monument dimanche 21 avril prochain, jours de Pâques.

Cette initiative louable, porté par des compagnons à titre individuel, montre bien l’immense émotion qui a touché l’ensemble de la communauté nationale et internationale, avec une intensité parfois accrue pour les hommes de l’art, descendant par leurs traditions des bâtisseurs de ces ouvrages symboles des capacités humaines en matière de savoir-faire et d’excellence.

Néanmoins, la Fédération Compagnonnique nationale ne s’associera pas à cette manifestation parce qu’aujourd’hui, dans l’effervescence médiatique, il ne lui paraît pas opportun de se livrer à une démonstration qui pourra être interprétée et commentée bien en dehors de la réalité de ce que les compagnons sont et font aujourd’hui.

Toutes les heures, de nouvelles hypothèses et propositions sont annoncées à grand renfort de média pour offrir des solutions réparatrices à l’immense blessure subie par ce monument.

Discrets par essence, et modestes dans leur posture, les compagnons se doivent de ne pas céder à cette déferlante qui risque de les présenter comme ce qu’ils ne sont pas et ce qu’ils ne veulent pas être.

Acteurs dans la cité, héritiers d’une tradition de bâtisseurs exigeante, ils seront bien-sûr présents au côté de tous les acteurs engagés pour relever le défi de la remise en état du monument, dès lors qu’un cadre défini sera proposé par les autorités compétentes.

En attendant, ils proposent de mettre leur engagement et leurs capacités au service des responsables du processus de sauvegarde et de réparation, et demandent à l’ensemble des décideurs à bien prendre en compte l’exceptionnelle opportunité que ce chantier à venir peut-être pour la jeunesse d’aujourd’hui et leur permette à travers la formation et l’emploi d’y être pleinement associés.

La Fédération Nationale s’est déjà régulièrement exprimée sur différents média présentant son regard et ses propositions doit rencontrer dès la semaine prochaine ses homologues des autres associations compagnonnique pour coordonner une réponse compagnonnique représentative.

Dans l’attente de nous retrouver dans les semaines qui viennent sur les « chantiers » qui nous occupent d’ores et déjà, recevez, chers compagnons nos salutations fraternelles.

Le président de la Fédération Compagnonnique Nationale
Jean-Michel DUTREY