Jean Henri Hassenfratz (1755-1827), inspirateur des Indiens ?

Jean Henri Hassenfratz (1755-1827) fut le premier professeur de physique de l’École polytechnique et l’un des premiers inspecteurs des mines. Il fut également une personnalité montagnarde, réputé sanguinaire, sous la Révolution… Mais avant de devenir un savant, fréquentant notamment Monge et Lavoisier, et d’entrer en franc-maçonnerie (Loge du Bon Zèle, GODF), il débuta dans la vie comme charpentier. Élève du célèbre Nicolas Fourneau, il fut peut-être, comme son maître, compagnon passant charpentier. Il enseigna le trait de charpente durant quelque temps avant de bifurquer vers la géographie puis les sciences. Je l’ai très rapidement évoqué dans ma conférence « Aux arts et sciences réunis : les compagnons et le trait » (https://www.youtube.com/watch?v=ThPY6DxzsZw).

Le premier volume de son Traité de l’art du charpentier fut publié en 1804. C’est dans le second volume que l’auteur devait traiter du trait de charpente, mais celui-ci ne fut jamais publié.

Le premier volume traite abondamment des bois de charpente, de leur exploitation (coupe, sciage) et de leur transport. C’est un ouvrage rare que l’on peut consulter en ligne sur la bibliothèque numérique du Conservatoire numérique des Arts et Métiers (Cnum) : http://cnum.cnam.fr/CGI/fpage.cgi?4RESK7/0003/100/305/0280/0305

Dans son livre Les Délassements instructifs et récréatifs des jeunes charpentiers (1865), p. 81-82, le compagnon passant charpentier Pierre-Marie Eyerre, dit « Parisien le Divertissant » (1801-1865), attribue à Hassenfratz un rôle dans la naissance des charpentiers Indiens :

« On dit qu’en 1793, deux Charpentiers français, un Loup (Bondrille indigne), nommé LEPERRIN, et un Renard du nom de DIEN, conseillés par le patriote HASSENFRATZ, membre de l’Académie des Sciences, imaginèrent le DEVOIR DE LIBERTÉ. De leurs deux noms réunis, ils firent LE PÈRE INDIEN, en opposition au PÈRE SOUBISE. »

C’est une hypothèse curieuse que n’appuie à ma connaissance aucun document. Eyerre lui-même note immédiatement après que « N. B. Je n’ai pas l’intention d’imposer à personne comme un article de foi, l’explication de l’origine de ces trois mots : LE PÈRE INDIEN, mais je ne crois pas que cette explication soit dénuée de vraisemblance. »

Rappelons que la tradition compagnonnique prétend que le Devoir de Liberté dont se réclament les compagnons charpentiers Indiens aurait résulté d’une scission d’avec les “enfants de Soubise” à la date du 16 floréal 1804, à Paris. On remarquera que c’est justement l’année de la parution du traité de charpente d’Hassenfratz. Comme bien souvent, faute d’archives fiables, il s’avère quasi impossible de distinguer entre la vérité historique et les amalgames légendaires.

Pour en savoir plus sur l’étonnant parcours de J. H. Hassenfratz, voir la notice Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Henri_Hassenfratz et l’ouvrage d’Emmanuel Grison, L’étonnant parcours du républicain Jean-Henri Hassenfratz (1755-1827), Paris, Les Presses de l’École des mines, 1996.