Du nouveau sur les légendes compagnonniques

C’est à la gentillesse d’un Pays de l’Union Compagnonnique connu pour son grand sens du partage et sa modestie que je dois d’avoir pris connaissance d’une acquisition récemment entrée dans les collections numérisées de la bibliothèque de Lyon. Il s’agit de l’unique exemplaire répertorié d’un ouvrage dont les spécialistes n’avaient connaissance jusqu’alors que par ouï-dire : Les prophéties de Maistre Jacque, nouvellement traduictes de langue hebraïcque en prophane langue françoise, par Monsieur ***, freemasson & compaignon bourdemerle aupres de Sa Majesté à Versailles, accompagnées du rituel horrificque des Limassons et de son explication par la sage Fenice, patron du Devoir. L’ouvrage de format in-12° a été publié en 1666 à La Rochetaillée-sur-Saône sur les presses de Jean Cureton, libraire-imprimeur à l’enseigne du Pot d’aisance.

La provenance de cet exemplaire est illustre : il appartenait dans les années 1780 au célèbre maréchal-prince de Soubise, Charles de Rohan (1715-1787), soupçonné par certain historien d’être un avatar du Père Soubise, fondateur légendaire des compagnons passants charpentiers et des corps leur étant liés. Son ex-libris manuscrit figure sur la page de garde et le volume est revêtu d’une reliure ornée au dos des fers caractéristiques de sa bibliothèque, une alternance de macles (losange) et de mouchetures d’hermine couronnées. La brève mention de ce livre dans l’inventaire avant la vente aux enchères de cette prestigieuse collection en 1788 était au demeurant la seule mention établissant son existence. Le cachet gras de la Bibliothèque Royale sur la page de titre laisse à supposer que le père de Soubise avait emprunté ce livre à Louis 15  et négligé de le lui rendre.

On ne possède aucune information quant à l’imprimeur-libraire Jean Curreton. On ne sait pas quand il s’installa à La Rochetaillée-sur-Saône, ni s’il publia d’autres livres. Il s’agit probablement d’une adresse et d’une enseigne de fantaisie, comme on le faisait alors pour divers libelles et écrits polémiques, supposés publiés à Londres ou en Hollande. On sait simplement, par analyse des caractères en plomb et des traces de foulage laissées dans le papier, qu’il travaillait exclusivement avec une presse à bras au plomb mobile (le contraire eût d’ailleurs été étonnant à cette époque). Il est toutefois probable à la vue de son enseigne qu’il se réclamait, sans le citer, du célèbre graveur et imprimeur berruyer Geoffroy Tory (1480-1533) dont l’enseigne était un “Pot cassé”, autre nom du pot d’aisance à cette époque — tant il est vrai que selon un vieux proverbe, « à force d’aller vider le pot par la fenêtre dans la ruelle, à la fin il se casse » (variante : « Tant va le pot de sale eau qu’à la fin il nous les brise »). Une marque en caractères hébraïques à la fin de l’ouvrage pourrait constituer une piste : אל שדי

Je n’ai pas encore obtenu l’autorisation de consulter le contenu de cet ouvrage qui serait relatif aux légendes et rites secrets des Compagnons du Devoir (les “Limassons” et aussi des Francs-maçons (les “Freemassons”). Mais son titre complet est, on le voit, plus que prometteur ! Un des conservateurs en chef de la BnF, Thibault de Saint-Denys, a bien voulu nous communiquer ses réflexions : « Je ne suis pas encore parvenu à identifier l’auteur qui se dissimule derrière l’indication anonymisée, commune à cette époque, de “Monsieur ***”. L’analyse des longues listes de courtisans auprès de Louis 14 à Versailles ne m’a fourni aucun éclaircissement quant à l’office de “bourdemerle”, lequel ne semble pas être une coquille typographique. La mention qu’il est “freemasson” peut laisser supposer, à une date théoriquement antérieure à 1717, qu’il s’agit d’un gentilhomme de la garde écossaise. […] En revanche, l’allusion explicite à “la sage Fénice, patron du Devoir” établit clairement qu’il y a un lien étroit entre ce curieux opuscule et l’énigmatique ouvrage de François Béroalde de Verville, Le Cabinet de Minerve. Auquel sont plusieurs Singularitez, Figures, Tableaux, Antiques, Recherches saintes, Remarques serieuses, Observations amoureuses, subtilitez agreables, Rencontres joyeuses, & quelques histoires meslees és avantures de la Sage Fenisse patron du Devoir, publié à Rouen en 1596. Mais lequel au juste ? Mystère… »

En attendant la publication d’une édition critique de ce texte, sous la houlette de Philippe Laconstance, directeur de l’Institut des Antiquités Bordelaises (CNRS/UMR 357), nous devrons donc nous contenter de fantasmer.

Sans doute n’est-il pas inutile de signaler in fine qu’il s’agit d’un poisson d’avril…Toute ressemblance avec des personnages existants serait purement fortuite 😉

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *