Un texte inédit de Léonard de Vinci retrouvé à Avignon

Décidément, l’imminence des grandes expositions internationales destinées à commémorer le 500e anniversaire de la mort de Léonard de Vinci a boosté les musées et les équipes de chercheurs. Depuis un an, il ne s’est guère passé de semaine sans que l’on annonce la découverte de nouveaux documents ou d’œuvres en rapport avec le maître. On retiendra tout particulièrement dans cette catégorie les travaux ayant permis d’avoir enfin la quasi certitude que “La Joconde dénudée” que conserve le château de Chantilly est bel et bien, au moins pour partie, des mains du célèbre génie.

Ainsi, une fort discrète réunion de conservateurs parmi les plus compétents du monde s’est déroulée samedi 30 mars au Palais des Papes d’Avignon. C’était la raison réelle pour laquelle il était impossible d’accéder au centre-ville d’Avignon samedi, la direction des Gilets Jaunes ayant donné son consentement pour y organiser une fausse manifestation. Motif de cette réunion secrète ? Donner le dernier feu vert avant l’annonce officielle de la prodigieuse découverte, réalisée à Avignon il y a quelques mois, d’un manuscrit rédigé par Léonard de Vinci. Et cela avant son départ pour la fabuleuse exposition qui se déroulera au Louvre du 24 octobre 2019 au 24 février 2020.

Voici tout d’abord une photographie de cet inestimable document, qui nous a gracieusement été communiquée par le CIRI, organisme chargé de son analyse et des opérations de traitement destinées à en assurer la préservation physique (dépoussiérage, ionisation anti-moisissures, etc.).

Parchemin inédit de la main de Léonard de Vinci
© 2019 CIRI, Clos Luçay. Reproduction interdite sans autorisation.

Il a fallu de longs mois pour que les experts parviennent à comprendre ce texte car on sait que l’écriture de Léonardo est non seulement extrêmement difficile à déchiffrer, dans une langue matinée d’italien et de français, mais aussi parce qu’il utilisait des codes secrets à clés multiples. Des spécialistes du renseignement militaire ont d’ailleurs été appelés à la rescousse et c’est l’un d’entre-eux, le général Chalençon, qui est finalement parvenu à « craquer » le code (beaucoup plus compliqué en réalité que dans la fantaisie littéraire de Dan Brown).

Mais avant de vous en révéler un court extrait (car le CIRI réserve la publication intégrale pour le catalogue de l’exposition du Louvre), il faut révéler les circonstances de cette découverte providentielle. Le parchemin dormait en effet depuis environ deux siècles dans la bibliothèque de l’Académie de Vaucluse – dont on méconnait toute la richesse – et il y dormirait encore si ce n’était la curiosité proverbiale de son bibliothécaire, Monsieur C. Harvet. Au cours de travaux de classement, quelle ne fut sa surprise de trouver un document non inventorié, entre un parchemin juridique carolingien et une collection de monnaies chinoises rassemblée en 1889 par Joseph Eysséric, un Carpentrassien géographe, explorateur et peintre. On imagine aussi la stupéfaction lorsqu’ayant consulté un de ses collègues de l’Académie de Vaucluse, Monsieur T. Homas, grand spécialiste des archives, ils constatèrent, incrédules, qu’il s’agissait d’un texte rédigé par Léonard de Vinci lors de son trop bref séjour à Avignon (lors de son voyage à dos de mule entre l’Italie et la cour de François 1er), du 31 mars au soir au 2 avril 1516 au matin.

Que nous apprend ce texte en grande partie autobiographique de Léonard ? Eh bien tout d’abord que celui-ci était à la recherche du tombeau de Camelopardus, le mystérieux premier évêque d’Avignon. Pourquoi ? Eh bien parce que une légende locale faisait de lui le fondateur d’une société secrète qui aurait disposé des fabuleux secrets du roi Salomon ! N’ayant rien trouvé, le grand Vinci se tourna alors vers un érudit local, le Révérend Père d’Iguier (fondateur de l’église Saint-Agricol), afin de recueillir de sa bouche ce que lui-même avait reçu en confession ou lors des interrogatoires lorsqu’il officiait pour le tribunal de la Sainte Inquisition : les rites impies, sacrilèges et superstitieux des Compagnons de la Dive Bouteille, société secrète composée exclusivement d’artisans qui sévissait aussi bien dans les territoires de la couronne de France que dans les enclaves pontificales.

Comme le fait aujourd’hui Monseigneur Cattenoz (cf. son Encyclopédique de la franc-maçonnerie, éd. du Moniteur), Léonard voyait dans cette organisation les prémisses d’un ordre social susceptible de se passer de la hiérarchie de l’Église catholique. Ainsi, leur cri de ralliement était-il, en avance de plusieurs siècles, « Liberté ! Égalité ! Fraternité ! » mais, sous prétexte d’humanisme, ils travaillaient en réalité sans cesse à saper les fondements et remparts de la cité papale. On saisit parfaitement cette perversité dans l’extrait suivant de leur Code de 1495 que divulgue Léonard de Vinci dans son étude : 

« Dans les villes où l’église catholique possède des temples, les sections locales des Compagnons de la Dive Bouteille s’adresseront d’une façon officielle aux curés des églises pour obtenir la mise à leur disposition de ces bâtiments qui sont préférables à tous autres par leur disposition particulière qui est la copie de ce que doivent être nos ateliers symboliques, offrant toute la sécurité indispensable aux travaux de réception et possédant un matériel qui peut être avantageusement utilisé au profit de nos cérémonies. »

Quels étaient les rites mystérieux des Compagnons de la Dive Bouteille ? Avec l’autorisation du CIRI, voici quelques phrases du catéchisme d’initiation figurant sur le parchemin de Vinci :

« Le Grand Tire-Bouchon [note du transcripteur : c’est le titre symbolique et un peu ridicule que porte le chef de la section locale] : — Compagnons de la Dive Bouteille ici présents, si nos nouveaux frères devenaient parjures, que mériteraient-ils ? 
Tous répondent d’une voix sombre : — La mort ! 
Le Grand Tire-Bouchon : — Puisque vous avez confiance en leur parole ainsi qu’en leurs parrains, que demandez-vous pour eux ? 
Les Compagnons de la Dive Bouteille répondent d’une voix moins forte et plus douce : — La Lumière !
Le Grand Tire-Bouchon : — Que la lumière leur soit accordée et vous tous, Compagnons de la Dive Bouteille, à votre devoir qui est de boire. 
Ils boivent tous les trois coups convenus et au troisième… [la suite, d’une sauvagerie terrible, pourra être lue dans le catalogue de l’exposition Léonard de Vinci au musée du Louvre] »

L’emblème de la Dive Bouteille dessiné par Léonard de Vinci pour son ami François Rabelais. Gravure sur bois de l’édition princeps de 1519.

Tous les membres de l’équipe de rédaction de www.compagnons.info sont fiers et émus d’avoir été associés à l’annonce de cette prodigieuse découverte qui unit la grandeur de Léonard de Vinci à l’histoire avignonnaise. Nous tenons à remercier plus particulièrement l’Académie de Vaucluse et le professeur Jones, du cabinet Gilles & Jones, qui s’était déjà illustré avec la découverte du tombeau de Camelopardus, premier évêque d’Avignon.

Ajout du 2 avril 2019 : Je remercie le fidèle public de mes poissons d’avril ! Car vous l’aurez tous  compris : cette prodigieuse découverte est une farce. Toute ressemblance avec des personnages et des faits réels ne peut être que fortuite…